Le 2 juillet 2012, le Pool Energétique de l’Afrique Centrale (PEAC) opérait sa première alternance règlementaire au niveau de son organe de management que constitue le Secrétariat Permanent par l’installation d’une nouvelle équipe appelée à servir les intérêts énergétiques communautaires.

L’année suivante, la célébration des dix ans du PEAC à Malabo en République de Guinée Equatoriale a offert l’opportunité au Secrétariat Permanent de dresser un bilan, préparer l'avenir, entrevoir les nouveaux défis à relever et revoir ses plateformes d’échanges en lien avec les nouveaux paradigmes de dialogues avec les Partenaires Techniques et Financiers du secteur.

2012-2016, voici bientôt quatre ans qu’une dynamique de management opérationnel et stratégique orienté vers la mise en œuvre des actions concrètes, visant à accélérer le processus de réalisation physique des projets à caractères transformatifs référencés dans le portefeuille des projets du PEAC, a été inaugurée.

Cette nouvelle dynamique a été fortement soutenue par l’organisation régulière des réunions des organes statutaires du PEAC que sont notamment le Conseil des Ministres, le Comité Exécutif, le Comité de Direction et le Comité des Experts, permettant ainsi un meilleur contrôle des activités du Secrétariat Permanent et une plus grande promptitude dans la prise des décisions stratégiques sur les dossiers techniques et financiers.

Elle a notamment favorisé le réengagement des partenaires techniques et financiers pour le financement des études des Projets Intégrateurs Prioritaires (PIP) et desProjets du Programme d’Electrification Transfrontalière (PPET) ainsi que l’instauration d’un dialogue permanent sur la stratégie de mobilisation du financement de leurs réalisations physiques.

Ce réengagement s’est particulièrement traduit par le redémarrage des études du projet d’interconnexion Inga-Cabinda-Pointe Noire et du Projet du Programme d’Electrification Transfrontalière (phase 2) ainsi que la mise en œuvre de l’étude du projet d’interconnexion des réseaux électriques du Tchad et du Cameroun, qui s’achèveront respectivement en juillet et en septembre 2016.

C’est également dans cette dynamique que l’un des plus importants programmes de renforcement des capacités des Experts des Ministères et des sociétés d’électricité membres du PEAC, financé dans le cadre de la Mission d’Assistance Technique de l’Union Européenne au PEAC (MAT2), a été exécuté avec succès de 2013 à 2015.

Le Document de Stratégie de Politique Energétique Régionale (DSPER) 2016-2030, qui est un outil essentiel de planification et de mise en œuvre nécessaire à la réalisation des objectifs à moyen et long terme du PEAC, est précisément un des acquis de cette Assistance Technique.

Par ailleurs, les diligences mises en œuvre, dès 2012, au sein du Secrétariat Permanent du PEAC ont permis l’adoption par la 16ème Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC de la Décision n°73/CEEAC/CCEG/XVI/15 portant approbation de l’institution d’un prélèvement PEAC et la création du fonds de développement du secteur électrique de l’Afrique Centrale.

Ce fonds servira fondamentalement de levier pour le drainage de financements additionnels plus importants en faveur de l’accélération de la construction des infrastructures électriques communautaires.

Toutefois, la Décision n°73/CEEAC/CCEG/XVI/15 qui demeure de portée horizontale nécessite pour son application au sein des Etats membres de la CEEAC l’engagement du processus approprié devant conduire à son application verticale.

Dans cette perspective le Secrétariat Permanent du PEAC a sollicité l’appui des partenaires techniques et financier du secteur pour l’organisation de onze ateliers nationaux en vue d’accompagner et faciliter l’engagement du processus décisionnel intra étatique inhérent à sa transposition dans les corpus juridiques et administratifs de chacun des Etats membres de la CEEAC, suivant les modalités et procédures internes en vigueur en matière de parafiscalité sur la consommation d’électricité.

En charge d’un secteur dans lequel l’unité de temps est une décennie et l’unité monétaire se décline en millions de dollars, le PEAC doit impérativement œuvrer à l’opérationnalisation de la Décision n°73/CEEAC/CCEG/XVI/15 afin de pouvoir soutenir les priorités et les tendances relatives à la mise en œuvre de la politique énergétique régionale sur la période 2016-2020, pour ce qui concerne les prérequis, et sur la période 2020-2030 inhérente à l’effectivité de l’intégration régionale du marché de l’électricité, à travers les interconnexions qui sont fondamentalement des facteurs de stabilité et de paix.

Par ailleurs, dans le cadre du mandat communautaire et du rôle majeur du Pool Energétique de l’Afrique Centrale dans le domaine de l’Energie, en adéquation avec le principe de subsidiarité qui découle de son statut d’organisme spécialisé de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale et l’interopérabilité inhérente à ses relations avec les Services en charge de l’Energie des deux Communautés Régionales que constitue la CEEAC et la CEMAC, une Table ronde des bailleurs de fonds sur les projets du secteur de l’énergie de l’Afrique Centrale sera organisée le 17 juin 2016 à Bruxelles en Belgique.

Au niveau continental, à l’issue de la réunion consultative du Forum des Pools Energétiques Régionaux Africains, organisée en 2013 en marge de la célébration du dixième anniversaire du Pool Energétique de l’Afrique Centrale, la présidence de cet espace de coordination et de développement du secteur électrique africain et instrument privilégié d’harmonisation du cadre de politique énergétique continentale, a été confiée au PEAC.

Cette mission continentale confiée pour une année a cependant été régulièrement reconduite jusqu’en mars 2016, consacrant ainsi la reconnaissance du Pool Energétique de l’Afrique Centrale comme acteur majeur du processus d’intégration africaine par l’énergie électrique.

Cette reconnaissance a été réaffirmée par la récente dévolution au PEAC de la vice-présidence du Réseau Africain des Centres d’Excellence en Electricité (RACEE), qui est présidé par la Commission de l’Union Africaine et dont la coordination est fixée au sein de l’Association des Sociétés d’Electricité d’Afrique (ASEA).

Sur le plan international, l’expertise de l’organisme spécialisé de la CEEAC en matière d’Energie a été régulièrement sollicitée par de nombreux partenaires bilatéraux et multilatéraux tels que l’Organisation des Nations Unies, la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement, l’Union Européenne, la Commission de l’Energie de l’Union Africaine, l’Agence Internationale pour les Energies Renouvelables et la Conférence G20.

Le PEAC a notamment contribué aux initiatives et programmes concernant l'Economie Verte, l’Initiative « Energie Durable pour Tous » (SE4ALL) du Secrétaire Général des Nations Unies, le Consortium pour les Infrastructures en Afrique (ICA) et le Sommet sur la Résilience climatique des infrastructures en Afrique.

La période 2012-2016 est assurément marquée par des avancées significatives mais, il convient de retenir que beaucoup reste à faire car les défis à relever sont immenses et les attentes de nos populations sont pressantes.

Aussi, la réintégration de la République du Rwanda au sein de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) et l’achèvement en cours du processus d’adhésion du Ministère en charge de l’Energie du Rwanda et de la société d’électricité Rwanda Energy Group (REG) constitue un évènement important qui vient consolider davantage en cette année 2016 les valeurs de solidarité et de fraternité qui nous invitent au partage de nos ressources pour le bien-être de nos populations.

C’est ici l’occasion de rendre un vibrant hommage aux hommes et aux  femmes qui, dans nos Etats et nos sociétés d’électricité, ne cessent de donner le meilleur de leur savoir-faire pour la bonne marche des activités du Secrétariat permanent et pour relever le défi de l’électrification de l’Afrique Centrale

Qu’ils trouvent ici l’expression de nos respects et de notre profonde reconnaissance.

 

 

                                                                      Le Secrétaire Permanent                                                                                                      

                                                             Jean-Chrysostome MEKONDONGO